Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Bandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
La Santé par le Sport
h1

 

Pourquoi ?

Notre objectif est de vous présenter les particularités de la pratique physique pour les personnes souffrant de maladies auto-inflammatoires. Et de permettre leur intégration dans vos cours, soit dans le cadre de la prise en charge individualisée (PAI), soit dans le cadre d’un  club sportif. Ces éléments devraient vous permettre de les guider et les aider à retrouver ou maintenir une AP au profit de leur santé en limitant au maximum les risques de déclencher une poussée de la maladie.


Le terme MAI regroupe plusieurs maladies non transmissibles qui provoquent des poussées inflammatoires, des douleurs articulaires, et des fièvres importantes. Une pratique physique inadaptée est un facteur de déclenchement d’une poussée de la maladie. Et pourtant, une activité physique régulière peut, comme pour tout un chacun, être l’un des facteurs prépondérants d’amélioration de la santé et pour les malades un moyen d’avoir une meilleure maîtrise de leur maladie.

 

Qu’est-ce une maladie auto-inflammatoire (MAI) ?
Les maladies auto-inflammatoires (MAI) sont caractérisées par une réaction excessive du système immunitaire à l’encontre de substances ou de tissus qui sont présents dans l’organisme.
Cette réaction excessive peut être déclenchée par des facteurs interprétés à tort par le système immunitaire comme un signal de danger. Or l’Activité Physique et Sportive (APS) pratiquée sans précautions, peut être un tel facteur déclenchant. Ce qui explique que beaucoup de patients porteurs d’une MAI évitent l’APS. Néanmoins de nombreuses études médicales ont montré qu’une pratique régulière et contrôlée, permet de diminuer le nombre de poussées de la maladie et d’améliorer l’état de santé global des patients avec une MAI.

L’activité sportive pour les personnes avec une MAI


L’objectif est de permettre au patient de développer ses mécanismes internes anti-inflammatoires grâce à l’Activité Physique (AP).  Pour y parvenir, elle devra être de préférence régulière (idéalement 2 à 3 séances par semaine), d’intensité modérée, avec une interdiction du travail en anaérobie alactique et une limitation du travail sur la filière anaérobie lactique.

Aucune APS n’est à exclure de prime abord. Toutefois, faire du sport avec une maladie inflammatoire sans déclencher les mécanismes de la maladie est donc un subtil équilibre entre les effets pro-inflammatoires et anti-inflammatoires de l’AP.

Alors comment aider dans les situations classiques ?   

Le but pour le patient est d’augmenter progressivement ses capacités aérobies.  Comme dans un entraînement classique, le travail sportif combine donc un entraînement de puissance et d’endurance, mais en gardant des intensités et durées moindres que chez un sportif sans maladie auto-inflammatoire.

Des voies énergétiques interférant avec les mécanismes de la maladie

Le stress oxydatif et les microtraumatismes mus-culaires générés par l’AP sont responsables du déclen-chement de phénomènes  inflammatoires. Bien que normaux, ils sont sur-interprétés chez les patients atteints de MAI. 

Néanmoins, ces effets pro-inflammatoires à court terme sont contrecarrés par le déclenchement de mécanismes de régulation interne qui eux ont une activité anti-inflammatoire puissante et rapide.

Avec de l’entraînement,  les mécanismes anti-inflammatoires deviennent plus puissants que les effets générateurs de l’inflammation.

Des capacités énergétiques altérées.

Les patients avec une MAI ont des capacités énergétiques fortement altérées par rapport à la population générale, leur capacité aérobie maximale est diminuée et leur réserve aérobie est faible. Il en résulte une capacité physique globale diminuée.

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus